Nina HAGEN african reggae

Share it with your friends Like

Thanks! Share it with your friends!

Close

Nina HAGEN african reggae

Comments

kikon23 says:

et en plus c la marraine du hip hop francais

plus conu sous le nom du stupreme NTM

Bosse says:

respect et toujours un plaisir de réécouter la Dame…

sweetsensi says:

cool, ça faisait longtime !

douce_jolie_coeur says:

quel souvenir!!!

akoustik says:

trop fort

cloodm says:

elle n’est pas de glace…

gemarno says:

Merci mille fois kilekonetc… je viens de rajeunir de 25 ans… J’avais tout Nina en vidéo…mais inregardables parceque trop passées… J’avais aussi Herman…
Quel pied de pouvoir revoir cette vidéo…

gemarno says:

L’avantage d’avoir plus de 4à est d’avoir pu découvrir Nina…. J’ai encore tous ces vinyls… J’écoute encore… moins… mais encore ! J’adore plus particulièrement le 3ème album… Nunsexuntmonkrock….

Patvar says:

merci RAQUELLE !!!
merci kilekoncuila !!!
ne pas oublier qu’a l’époque le mur était toujours debou , et une petite allemande de l’est impose son point de vue !!!

kilekoncuila says:

Fille de la chanteuse réaliste Eva-Maria Hagen et belle fille du poête dissident est-allemand Wolf Bierman, Nina devient en 1979 la passionnaria punk européenne. On ne parle plus que de ses outrances. Après un premier album en 1978 où elle donne la mesure de ses qualités vocales ( en particulier dans “Naturträne” ) et quelques cours de masturbation à la télévision autrichienne, elle sort “Unbehagen” ( mal à l’aise ). Sur la face Un, ce reggae rend hommage aux jamaïcains, mais aussi, et c’est prémonitoire, aux africains. Il célèbre les bienfaits du haschish et de l’herbe à fumer d’Afghanistan : “Cannabis in the black/Bob Marley on Venus…” Mais nina craint, si elle doit vivre en Afrique, comme elle le souhaite, d’être exicsée ! Tous ceux qui ont furieusement dansé sur cet air n ‘ont peut être pas suivi les méandres de cet hymne à la révolution africaine :
“Get up stand up for the black revolution”.

Write a comment

*